DÉCLARATION SUR LA DÉCOUVERTE DES RESTES DE 215 ENFANTS AUTOCHTONES, ÉLÈVES DE PENSIONNAT INDIEN

La récente découverte récente des restes de 215 enfants autochtones sur le site de l’ancien pensionnat indien de Kamloops est extrêmement troublante. Les membres et le personnel de la Commission des droits de la personne des Territoires du Nord-Ouest et du Tribunal d’arbitrage transmettent leurs plus sincères condoléances à la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc et à tous les survivants des pensionnats.

Les Territoires du Nord-Ouest comptaient quinze pensionnats; des écoles qui ont laissé derrière elles un héritage dévastateur caractérisé par la douleur, la méfiance et les traumatismes. Il est important que nous nous rappelions le traumatisme infligé aux jeunes enfants qui ont été enlevés à leur famille, souvent par la force. Il est important que nous nous souvenions de la douleur des parents qui se sont vu arracher leurs enfants. Il est important que nous nous souvenions des horreurs et des atrocités criminelles survenues dans les pensionnats. Il est important de ne jamais oublier que cela s’est produit parce que la société canadienne n’a pas respecté les droits de la personne fondamentaux dans le cas des premiers peuples.

Nous devons écouter les récits des survivants et comprendre qu’ils sont authentiques, afin de saisir ce qui s’est passé et l’effet que cela a eu et continue d’avoir sur nous tous.

Connaître la vérité sur notre histoire commune est important pour la réconciliation. Nous avons besoin de compréhension. Nous avons besoin de compassion. Nous avons besoin d’empathie. Nous devons reconnaître le tort causé à des générations de voisins, de collègues et de membres de nos familles. Nous devons tirer les leçons du passé afin de pouvoir trouver tous ensemble un moyen d’aller de l’avant.

Les droits de la personne sont à la base de la réconciliation. La Commission s’efforce de déceler et de résoudre les problèmes systémiques qui gangrènent les institutions et qui continuent d’avoir un effet néfaste sur les peuples autochtones aujourd’hui. Nous nous engageons à travailler de concert avec les gouvernements, les groupes et les personnes autochtones afin de bâtir un avenir meilleur pour tous les résidents des Territoires du Nord-Ouest.

Sans vérité, justice et guérison, il ne peut y avoir de véritable réconciliation. La réconciliation (…) consiste à ouvrir de nouvelles voies de guérison basées sur la vérité et la justice.

Résumé de la CVR

This post is also available in: Anglais